2019

Hôtel des Ambassadeurs de Hollande

Paris

    indexed

    Monument Historique

    client

    CIHAB

    project management

    GMDP Architecture

    project management mission

    Complete

    surface

    2,340 m²

    cost of the works

    € 19 M excl. VAT

    Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

    Edifié entre 1657 et 1660 à partir d’une bâtisse du Moyen-Age puis classé Monument Historique en 1924, cet hôtel tel qu’on le connait aujourd’hui se démarque par un parti pris architectural très inhabituel.

    Ainsi, il ne possède pas de jardin parce qu’il est situé sur un terrain étroit donnant non sur une cour et un jardin, comme il conviendrait dans l’organisation classique d’un hôtel particulier, mais entre deux cours.

    Cependant l’organisation intérieure de cet hôtel particulier en fait un véritable bijou.

    Tandis que prennent place au rez-de-chaussée les écuries et les remises à voitures, on trouve à l’étage appartements de parade, appartements d’usage, cabinets de travail, antichambres et chambres.

    Des pièces toutes plus éblouissantes les unes que les autres.

    D’extraordinaires décors intérieurs sont réalisés au milieu du XVIIe par des artistes prestigieux tels que Michel Corneille et Jean Côtelle pour la Galerie Psyché, Louis Boulogne pour la chambre italienne.

    Au XVIIIe siècle ce sont Joseph-Marie Vien et Guibert qui s’attèlent au Salon de Flore et au Salon des Zéphyrs, qui subsisteront malgré la révolution.

    La somptueuse bâtisse connait d’illustres propriétaires ou locataires jusqu’au XVe siècle, comme le maréchal Jean de Rieux, gentilhomme breton compagnon d’armes de du Guesclin.

    En 1638 elle est vendue par Henriette de Coulanges, tante de Madame de Sévigné, à la famille Amelot de Bisseuil, intendant des finances et maître des requêtes, qui la fait reconstruire de manière majestueuse par l’architecte Pierre Cottard.

    La désignation Hôtel des Ambassadeurs de Hollande apparaît au XVIIIe siècle et son origine reste énigmatique. Aucune source sûre ne peut avancer qu’un diplomate hollandais y ait vécu, à part l’allusion d’une probable fête donnée par l’ambassadeur de Hollande en 1757 ou par le long séjour du chapelain de l’ambassade des Pays-Bas qui y aurait célébré des cultes.

    En 1759, Louis Le Tellier fit l’acquisition de l’hôtel et y effectua des aménagements avec la participation du sculpteur Honoré Guibert.

    S’ensuivit une nouvelle valse de propriétaires et de locataires, dont le plus illustre fut Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais qui y fonda en 1776 une maison de commerce qui était en fait une société-écran dont le but étant de venir en aide aux colons américains insurgés contre l’Angleterre sans compromettre la France.

    C’est d’ailleurs dans cet hôtel que Beaumarchais finit d’écrire le Mariage de Figaro.

    A la Révolution l’hôtel connut l’abandon et fut très abimé aux XVIIIet XIXsiècle par les commerçants et les artisans qui le divisèrent en appartements, magasins et ateliers.

    Ce n’est qu’en 1924 que son nouveau propriétaire, le colonel Paul Brenot, le fit classer et entreprit sa restauration avec l’architecte Danis.

    Dans les années 50, l’hôtel fut acheté et magnifiquement restauré par un grand mécène du XXsiècle : le fondateur du groupe Air France, Paul-Louis Weiller.

    La Compagnie de l’Hôtel Amelot de Bisseuil le rachète en 2015 et prévoit sa restauration complète pour la création d’un hôtel et de 2 commerces au rez de Chaussée en 2021.

    Le programme initial de 20 chambres s’est transformé au cours des études en seulement 9 suites afin de se caler au plus près de l’authenticité historique, reprenant pour l’essentiel l’organisation des grands appartements de parade de Monsieur et Madame, et des appartements d’usage. Pour une utilisation optimale et pour garantir des conditions idéales de conservation, toutes les installations techniques ont été déportées dans des espaces créés en sous-sol, en continuité avec les caves existantes.

    Le nouveau propriétaire et Maître d’Ouvrage de l’opération souhaite à travers son projet de réutilisation, mettre en valeur ce joyau de l’architecture classique et le faire connaitre au public.